10 notes sur le culte un dimanche matin

Je prêche aujourd'hui sur le culte dans une église du sud-ouest du Mississippi. Il y a quelques semaines, lorsque le pasteur a demandé mon sujet, j'ai rapidement dit «Le culte est un verbe» comme titre du message. À peine sans une pensée. C'est un gros problème avec moi, pensai-je. Dieu travaille sur cela en moi. J'ai déjà prêché et écrit dessus. Je connais certains textes de base et j'ai un énorme fardeau sur le sujet, à savoir que la plupart des chrétiens que je connais le voient en arrière et pensent que le culte est une question de "moi". Ensuite, comme je l’ai souvent fait, lorsque j’ai commencé à préparer et à prier pour le message, j’ai réalisé à quel point je savais peu sur le sujet. Dieu aide moi.

1) Dieu veut que ses enfants adorent. En fait, il veut que «tout, partout» l'adore.

Dans l'Apocalypse, à l'apogée de toute l'histoire, le choeur de louange inclura «toute créature dans les cieux, sur la terre, sous la terre, sur la mer et tout ce qui s'y trouve» (Apocalypse 5:13). Pas étonnant que les Écritures disent: «Que tout ce qui respire loue le Seigneur» (Psaume 150: 6).

Je ne serais pas surpris si finalement «les rochers poussent un cri» (Luc 19:40).

2) La question du "pourquoi" Dieu veut que nous l'adorions nous agaçait à beaucoup de gens.

Pas moi personnellement, mais il est clair que certaines personnes.

CS Lewis avait l'habitude de lutter avec l'idée d'un Dieu infini demandant presque le culte à ses sujets, comme un potentat chétif qui a besoin du renforcement constant de la loyauté de ses sujets.

Finalement, Lewis en vint à comprendre que Dieu n’a «besoin» de rien de notre part, et notre échec à l’adorer ne lui enlève rien. Il écrivait: "Un homme ne peut pas davantage diminuer la gloire de Dieu en refusant de l'adorer qu'un fou ne peut éteindre le soleil en griffonnant le mot" ténèbres "sur les murs de sa cellule."

Dieu n'a pas plus besoin de notre culte que le Pacifique a besoin d'eau dans cette bouteille à côté de mon ordinateur portable, ou que la lune a besoin d'un autre cratère. Ou Mercure souffre pour un peu plus de soleil.

3) Dieu n'a besoin de rien de moi.

Pauvre Dieu. Assis là-haut au paradis, désirant si désespérément avoir l'adoration de terribles terriens sans l'obtenir.

C'est risible. Pas étonnant que les gens rejettent cette image; c'est tellement biaisé que c'est ridicule. Dieu n'a besoin de rien de moi.

«Si j'avais faim, je ne vous le demanderais pas. Le bétail de mille collines est à moi »(Psaume 50: 10-12).

4) L'adoration est «au Seigneur». Ce n'est pas tout autour de moi.

«Donne au Seigneur la gloire due à son nom», dit la Parole dans I Chroniques 16:29 et Psaume 29: 2.

Et pourtant, écoutez le fidèle membre de l'église qui entre et sort de la maison de culte.

«J'espère obtenir quelque chose de ce service aujourd'hui.» «Je n'ai rien obtenu du sermon du révérend Buster.» «J'ai beaucoup profité de la leçon biblique.» «Nous allons y participer parce que nous aimons ceci église. "" Nous ne serons pas de retour parce que personne ne nous a parlé. "

Comme si tout était à propos de nous. Les pasteurs ont été licenciés parce que les membres de l'église ont conclu qu'ils n'étaient pas «nourris». Comme si le culte était tout à leur sujet.

Que Dieu nous aide.

5) Le culte est un verbe actif et il est dirigé vers le ciel.

Le 16ème chapitre de I Chroniques contient le chant d'action de grâce de David sur le retour de l'Arche de l'Alliance en Israël. Remarquez les verbes actifs qu'il associe à l'adoration de Dieu….

Verset 8: Remercions. Proclamer ses actes.

Verset 9. Chantez pour lui. Louange. Parlez de ses merveilles.

Verset 12. Souviens-toi.

Verset 23. Chantez au Seigneur. Proclamer son salut.

Verset 24. Déclarez sa gloire.

Verset 28. Donne au Seigneur gloire et force.

Verset 29. Attribuez au Seigneur la gloire de son nom. Apportez une offrande. Adorez le Seigneur dans la beauté de sa sainteté.

Verset 34. Rendez grâce au Seigneur, car il est bon.

Lorsque nous entrons dans la maison du Seigneur pour l'adoration, nous ne sommes pas là pour nous asseoir et écouter, pour défier passivement le prédicateur de nous tirer de nos coquilles et de nous faire adorer. Nous sommes là pour rendre grâce, proclamer ses actes, chanter pour lui, le louer, se souvenir de ce qu'il a fait. Nous sommes là pour déclarer sa gloire et pour lui «attribuer» gloire et force et tous les autres attributs auxquels nous pouvons penser. Et apporter une offrande.

6) Le culte nous profite, mais il ne doit pas être «à propos de nous».

Quand je vénère le Dieu vivant, je suis celui qui en profite.

Le culte élargit mon âme. Le culte me grandit. Se développe. Change ma perspective. Me fait une plus grande personne.

Le Psaume 73 en est notre illustration. Le compositeur se débattait avec un problème qui a rendu perplexes les enfants de Dieu à travers les âges: pourquoi les justes ont-ils tant de mal à se laisser faire alors que les méchants semblent prospérer? Après avoir passé trop de temps sur cette chanson, l'auteur-compositeur a été tenté de parler et de partager sa frustration, d'exprimer sa colère contre Dieu. Puis ses sens sont revenus. «Si j'avais décidé de dire ces choses à haute voix, j'aurais trahi ton peuple. Lorsque j'ai essayé de comprendre tout cela, cela m'a semblé sans espoir »(Psaume 73: 15-16).

Et puis, quelque chose est arrivé pour inverser sa pensée. Il est allé à l'église. «Cela semblait sans espoir - jusqu'à ce que je sois entré dans le sanctuaire de Dieu. Alors j'ai compris… »(73: 16-17).

C'est comme ça que le culte fonctionne. Cela change notre façon de penser, inverse notre égocentrisme, élargit notre perspective. Dans le reste du Psaume 73, nous voyons à quel point le culte a tout changé dans l'esprit de l'auteur d'hymnes: «Pourtant, je suis toujours avec vous…. Tu me conduis avec ton conseil… .Mes chair et mon coeur peuvent échouer, mais Dieu est la force de mon coeur, ma part pour toujours. Ceux qui sont loin de vous périront certainement… mais quant à moi, la présence de Dieu est mon bien… »

Le culte met l'éternité dans mon cœur. Et plus j'évite l'adoration, plus je rétrécis jusqu'à devenir enfin une minuscule boule de soi misérable.

7) Il y a cependant un élément horizontal dans mon culte.

Quand c'est fait correctement, mon culte se connecte avec d'autres personnes.

–Avec d'autres croyants….

«Parlez entre vous par des psaumes, des cantiques et des chants spirituels, chantez et faites de la musique dans votre cœur, remerciez-les toujours… en vous soumettant dans la crainte du Christ» (Éphésiens 5: 19-21).

«Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux» (Matthieu 18:20).

Loin de l'idée que l'adoration est une affaire solitaire, comme on dit souvent «je peux aussi adorer sur une berge avec une canne à pêche à la main».

Certains membres du clergé qui comprennent mille choses à propos du culte manquent ce point. Ils parlent contre l'aspect performance de l'offre du dimanche de la chanteuse et ressentent les applaudissements qui en découlent presque inévitablement. «Elle devrait chanter à Dieu, pas à l'homme. Et pourtant, Ephésiens 5:19 reconnaît qu'il y a une autre dimension à cela. Quand nous adorons avec nos chansons, nous nous "parlons les uns aux autres". Et, ne le ratons pas, nous nous "soumettons les uns aux autres".

Le Seigneur est présent lorsque «deux ou trois» se rassemblent en son nom. «En son nom» signifie clairement qu'ils vénèrent ou travaillent pour lui. Et nous devrions compter sur sa présence. Je ne prétends pas comprendre comment il pourrait être «plus présent» que lorsque je suis dans cette cuisine en train de taper sur un ordinateur portable sans personne d'autre à la maison. Mais cela semble être le cas. Dans ce que nous appelons le «culte collectif» - signifiant, avec tout le corps des croyants - il se passe quelque chose de spécial.

–Et avec des étrangers.

«Vers minuit, Paul et Silas priaient et chantaient des hymnes à Dieu. Et les autres prisonniers écoutaient. ”(Actes 16:25)

Ils sont toujours à l'écoute pour vérifier ce que nous faisons et ce que cela signifie. ce qu'il dit de nous et de notre Dieu.

Laissez-les voir quelque chose d'éternité en nous, quelque chose de divin, quelque chose du Dieu vivant.

David a dit: «J'ai attendu patiemment le Seigneur et il s'est incliné vers moi et j'ai entendu mon cri. Il m'a fait sortir de l'argile miry et a posé mes pieds sur le roc solide, et a rendu mes pas fermes. Il a mis une nouvelle chanson dans ma bouche, une chanson de louange à notre Dieu. Beaucoup verront et craindront et mettront leur confiance dans le Seigneur »(Psaume 40: 1-3).

Nous n'adorons pas Dieu pour offrir un spectacle à ceux qui «voient, craignent et mettent leur confiance en Dieu». Mais ils observent, ne vous y trompez pas.

Nous leur devons de veiller à ce que ce qu'ils voient soit un véritable enfant de Dieu qui adore en esprit et en vérité.

8) Le culte est permanent. Une heure en sa présence fait quelque chose de durable.

Je ne sais pas trop comment cela fonctionne, mais je le crois.

Quand dans la maison de Marie, Marthe et Lazare à Béthanie, notre Seigneur s'assit et se reposa et commença à parler, Marie arrêta tout ce qu'elle était en train de faire et s'assit à ses pieds. Elle adorait. Quand Marthe a interrompu ce petit «service d'adoration» pour appeler Marie à se lever et venir aider, et a accusé le Seigneur de ne pas s'en soucier, Jésus a dit: «Tu es plein de soucis et tu t'inquiètes pour beaucoup de choses. Mais une seule chose est nécessaire. Et Marie a choisi cette bonne chose, qui ne lui sera pas ôtée. ”(Luc 10: 38-42).

Remarquez que: ne lui sera pas enlevé.

Tout ce que faisait Martha devrait être répété le lendemain. Tous les travaux de nettoyage, de cuisine et les tâches ménagères ne se terminent jamais. Mais une heure passée aux pieds de Jésus est éternelle. Nous sommes à jamais différents. Et ce temps ne peut jamais être répété, dupliqué ou supprimé.

9) Dans l'adoration, nous commençons par donner le Seigneur nous-mêmes.

«Je vous prie donc frères de grâce, par la miséricorde de Dieu, de présenter à votre corps un sacrifice vivant, pleinement acceptable par Dieu, qui est votre service raisonnable» (Romains 12: 1).

Quand Paul a félicité les églises de Macédoine pour leur générosité en aidant les chrétiens affamés de Judée - voyez les premiers versets de 2 Corinthiens 8 - il ajoute cette phrase: «Ils ne l'ont pas fait comme prévu. D'abord, ils se sont donnés spécialement au Seigneur, puis à nous par la volonté de Dieu »(8: 5).

D'abord au Seigneur.

C'est comme ça que c'est fait. Le reste - le culte, l'offrande, la louange et la commémoration, les remerciements et la prière - découlent de ce don initial de soi.

Et, comme dans le reste du culte, nous le faisons au Seigneur, mais toutes les bénédictions nous parviennent.

Si nous le faisons pour le gain personnel, cela ne sera pas rentable. Mais si nous le faisons au Seigneur, nous sommes bénis.

C'est pourquoi Paul a dit à l'église corinthienne: «Je ne vais pas vous alourdir. car je ne cherche pas ce qui est à vous, mais vous »(2 Corinthiens 12:14).

Est-ce que le Seigneur vous a? Rien d'autre ne compte jusqu'à ce que vous puissiez répondre par l'affirmative.

10) Il y a 999 autres dimensions à vénérer. Je voudrais savoir ce qu'ils étaient.

"Il y a plus. Tellement plus », dit une merveilleuse chanson de gospel de ces dernières années.

Hier, une publicité à la radio disait: «Et maintenant, voici un message spécial destiné aux chiens dans le public.» Dead air. Ensuite, "Les chiens ont entendu ça!"

Les animaux ont une audition plus aiguë que nous, les humains. Et leurs sens olfactifs sont des centaines de fois plus précis. L'aigle a une vision qui fait honte à la nôtre.

Je pense que lorsque nous arriverons au paradis, nous constaterons que la musique que nous avons entendue et appréciée sur Terre n'est qu'un fragment de tout ce qui se trouve dans le spectre céleste. Que les couleurs que nous connaissons dans notre arc-en-ciel ne sont, par exemple, que de 49 à 51 sur une échelle de Dieu de 1 à 100. Les sens ne seront pas seulement cinq ou six, mais dix mille.

“Les yeux n'ont pas vu; les oreilles n'ont pas entendu; les choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment ne sont pas non plus entrées dans le cœur de l'homme »(I Corinthiens 2: 9).

Nous allons adorer Dieu comme nous l'avons toujours voulu.

Je me suis tenu sous un érable dans toute sa splendeur automnale et j'ai essayé de prendre de l'or, du rouge et de l'orange, et j'ai presque pleuré parce que je ne pouvais pas le faire. J'étais à l'extérieur de toute cette beauté et je voulais en profiter.

J'ai écouté des chorales et des orchestres ainsi que de grands solistes et ensembles qui ont élevé mon moral au ciel, et je voulais le garder à l'intérieur et le garder pour toujours. Hélas, les notes ont disparu et la musique a disparu et je voulais pleurer.

Mais un jour.

Un jour nous connaîtrons comme nous sommes connus. Nous voyons être comme lui car nous le verrons tel qu'il est. Et ensuite, nous adorerons Dieu comme nous l’avons toujours voulu.

Malgré cela, viens Seigneur Jésus!



ARTICLE SUIVANT Comment utiliser l'humour dans votre sermon même si vous n'êtes pas un comique Lire plus Joe McKeever Comment utiliser l'humour dans votre sermon même si vous n'êtes pas un comique jeudi 11 juin 2015

Des Articles Intéressants